Le conte merveilleux

Catalogue Delarue Teneze

Conte Type T555 Versions
00 - Conte-type 555 - LE PÈCHEUR ET SA FEMME

Aa. Th. The Fisher and his Wife.
— Grimm n° 19, Von dem Fischer un syner Fru.

Développer les éléments du conte
900 - Description ATU (source)

Développer les éléments du conte
901 - AaTh-555.pdf (source)


Développer les éléments du conte
0 - Version du catalogue : LA TIGE DE FEVE - Version picarde (source)
Contée en déc. 1877, par Mlle Zélia Graux, de Warlov-Bail!on (Somme). In : CARNOY, C. fr., 303-306.

Développer les éléments du conte
1 - R.T.P., XVIII (1903), 596-597. Petit Poisson (Ed. EDMONT, Artois, Pays de St. Pol). (source)
I : A4, A6, B, C8, C11, D2, D4 (en une seule fois), D10, D15 (grenier plein de blé et grange pleine de bois).
II : A, A1 (son père, et lui-même le Petit Jésus), A3, B2, B4.

Développer les éléments du conte
2 - CARNOY, C. fr., 303-306. La tige de fève (Pic.) = Romania VIII (1879), 250-252. (source)
Est la vers. type reproduite ci-dessus.

Développer les éléments du conte
3 - DU MERIL, Etudes, 474-481. S. t. (Norm.).
I : A, A3, C (deux), C4 et C5, C1 (de C4), C3, C5, D, D6, obtient en plus D7 et D8, D1, D4, D12, D1, D17, D19.
II : A, A3, B2, B3.

Développer les éléments du conte
4 - CARNOY, C. fr., 145-149. La petite souris blanche (Norm.). (source)
I : A5, A6, B, C9 (reine des souris), C11, D, D11, D3, D4, D12, D13, D17, D19, D16 (roi d'Angleterre).
II : A (la mort de son père, parce qu'il ne veut pas autoriser ce mariage), B2.

Développer les éléments du conte
5 - BRUNET, Basse-Norm., 132-139. Trop d'ambition. (Analysé R.T.P., XV (1900), 366). (source)
I : A, A1, C, C4, D, D6, D1, D4, D7, obtient aussi D8, D10.
II : A, A1, B, B2, B3.

Développer les éléments du conte
6 - LALLEMENT, Argonne I, 20-24. Le vieux chapée [chapeau]. (source)
Très modifié.
I : Pauvre bûcheron, B, C9 (roitelet), C11, C1 (un vieux chapeau grâce auquel ses souhaits seront réalisés), D4, D9, D11, D13...
II : Un jour dans une fête, étant moqué, il jette le chapeau par la fenêtre, le château brûle, B2.

Développer les éléments du conte
7 - STOEBER, Els. Volksb., 102-sq. Mann und Frau im Essigkrug BECHSTEIN, Märcherbuch, 1re éd. 1845, 145-148. = R.T.P., III (1888), 297-300. La cruche à vinaigre (trad. de P. Ristelhuber). (source)
I : A, B1 (cf. titre), C9 (oiseau), C10, D, D11, D1, D3, D4, D12, D13, D17, D18, D19.
II : A, A1 (tous les 2), B2.

Développer les éléments du conte
8 - MS MILLIEN-DELARUE, Niv., Vers. A COLLIN, Saint-Honoré, 137-143 (trad. en parler morvandiau) = SÉBILLOT, C. prov. Fr., 124-127 (source)
(en parler niv.) Pourquoué que n'on dit que les chavans c'est du monde = MILLIEN-DELARUE, Niv. Morv., 96-100, n° 10. Pourquoi l'on dit que les chats-huants sont des personnes.
I : A, A1, C, C4, D, D6, D1, D4, D8, D7, D10.
II : A, A1, B, B5, B.

Développer les éléments du conte
9 - Ms MILLIEN-DELARUE. Niv., Vers. B. Même titre. Rés. in MILLIEN-DELARUE, Niv. Morv., 277-278. (source)
I : A, A1, C7, D, D6, D1, D4, D10.
II : A, A1, A3, B5.

Développer les éléments du conte
10 - ID., ib., Vers. C. Même titre. Rés. ib., 278. (source)
I : A, A1, C, C4, D, D6, D4, D7, D10, D1.
II : A, A1, A3 (et les enfants des saints), B5, B.

Développer les éléments du conte
11 - ID., ib., Vers. D. Même titre. Rés. ib., 278. (source)
I : A, A1, C, C4, D, D6, D4, D7, D8, D10.
II : A, A1 (le « savoir-faire » de Dieu), B5, B.

Développer les éléments du conte
12 - ID., ib. Vers. E. Bonhomme Misère. (source)
Omise ib.
I : A3, C, C4, C1, C3, C4, D (non précisé), D4, D13.
II : A (enlever le soleil qui le gêne par sa fenézre), B2.

Développer les éléments du conte
101 - Ms MILLIEN-DELARUE. Niv., Bonhomme (source)
Version non classée dans le catalogue

Développer les éléments du conte
13 - CADIC, Bret. IV, 37-sq. Les avertisseurs de la mort. = CADIC, B Bret., 92-99, n° 8. Pourquoi le hibou fait-il hou ! hou ! et la chouette ha ! ha ! (source)
Arr. Lit.
I : A, A2, B (la loge aux rats), prend dans son filet un poisson énorme, met 2 glands dans son fusil et lui crève les yeux, le lendemain trouve 2 chênes montant jusqu'au ciel, c'est la femme qui monte, D, D6 (et cidre), D1 (par son mari), D4, D7, D8. - A, A1,
A3, B5 (qui sont avertisseurs de la mort, selon la croyance popul.)

Développer les éléments du conte
14 - SÉBILLOT, C. Hte-Bret., I, 353-355, n° 66. La petite fille dans un puits. (source)
I : A5 (nommée Oudelette), B1 (puits), C, C4, D, D11, D4, D15 (vache), D9 (couleur de la vache !), devient orgueilleuse, D16, l'obtient.
II : Mais elle est si contente qu'elle en oublie de faire sa prière, B2.

Développer les éléments du conte
15 - ID., ib., II, 17-19, n° 2. La Seraine de la Fresnaye, (source)
2 vers. Eléments du thème.
I : A, A1, C8 (sirène), C11, D4 (mais avec mesure), D5, D9, D10. La sirène lui promet le bonheur jusqu'à la fin de sa vie (il n'y a pas de rechute).

Développer les éléments du conte
16 - R.T.P., XXIII (1908), 86-87. Le lis rouge. (P. SÉBILLOT, tue Bret.) Très modifié. Eléments du thème. (source)
I : A, A1, C3 (lis à la .nlace de fève), C6, D, D9, les obtient à condition de descendre et de remonter sans tomber ; il réussit. Suite étrangère.

Développer les éléments du conte
17 - R.T.P., XVIII (1903), 13-15. La petite sardine. (Mme E. VAUGEOIS, Nantais). (source)
I : A, A2, C8, C11, D, D6 et D7, D1, D4, D12, D14, D9.
II : A4, A5, B2, B3.

Développer les éléments du conte
18 - MASSIGNON, Ouest, 164-170, n° 18. La petite sardine. (Vendée). (source)
I : A5, A6 (pêcheurs), C8 (sardine aux écailles bleues), D, D5, D2, D4, D8, D9, D12.
II : A4 (la mère), A5, B2, B4. La sardine se transforme par la suite en jeune fille qui regagne un bateau doré et disparaît

Développer les éléments du conte
19 - R.T.P., X (1895), 487-490. De branche en branche. Conte de la Gâtine du Poitou (R.M. LACUVE, C. poitevins). (source)
Vers. identique à la suivante, mais écourtée dans les désirs successifs.
I : A, B, C2, C3, C4, D1, D4, D15 (grenier plein de blé), D7, D8.
II : A, A1, A3, B5.

Développer les éléments du conte
20 - LATHIUBE, Deux-Sèvres, 126-140. De bronche en bronche Histoaire d'ine fumelle jamoais contonte. (source)
I : A, B, C2, C3, C4, D1, D4, D12, D14, D15 (grenier plein de blé), D7, D8, D1, D17, D18.
II : A, A1, A3, B5.

Développer les éléments du conte
21 - Ms G. MASSIGNON, Ouest 1960. Le pois (Vienne) (Contam. par T. 563)
I : A, C2, C3, C5, D, D5, doit dire à sa table : « Table (bis), entable-toi », D1, D4, D10, doit dire à son coffre : « Coffre (bis), encoffre-toi », D12.
II : A4, B2, B3.

Développer les éléments du conte
22 - ID., Ouest 1954-59. La Jeantouse (Charente).
I : A5 (fem-me), B, C (vieille envers laquelle elle se montre charitable), C1 (3 boules à jeter dans puits en formulant un souhait), souhaite : revenir à vingt ans, D16, D10.
II : A4 (l'héroïne), A5, B2.

Développer les éléments du conte
23 - ESMEIN, Charente, 143-148. L'homme de la fève. (source)
Alt.
I : A, C2, C3, C4, D1, D4, D6, D7, D14, mais il tombe et se casse la iambe qui se détache ; il envoie sa femme demander une jambe ; elle reçoit une jambe d'or - qu'elle garde (infl. T. 366 ?), comme son mari, qui ne peut se lever, ne cesse de la lui réclamer, elle la lui jette finale-ment à la tête et le tue.

Développer les éléments du conte
24 - GORSE (Abbé M.M.) Au bas pays de Limosin, Paris, 1896, 264-265. Lou Chavoun. Cité par P. Sébillot, Fl. de Fr., III, 167. (source)
I : A4, A6, C8 (truite), C11, D4, D15 (cheval, puis domaine), D17, D19 (prince).
II : A, A1 (son père, et lui fils de Dieu), A3, B !lui et ses parents).

Développer les éléments du conte
25 - SEIGNOLLE, C. Guyenne, I, 79-82, n° 11. Les gens trop envieux. (source)
I : A4, A6, B, C (fée aux grandes dents, aux longues oreille. et aux gros yeux), D, D6, D2, D4, D7, D8, D12, D14, D13, li)2s D17, D19 (et lui prince).
II, B5 (les parents, et lui en petit crapaud ).

ID. ib., n° 18. La fève merveilleuse. T. 563 contam. par T. 553 Cf. ci-après, vers. 63 du T. 563.

Développer les éléments du conte
26 - Trad. X (1900), 200-202, Misère (Perbosc) = C. Lambon, 37_ 41, avec texte patois : La hauo que mountauo juscos au ceu = Ms PERBOSC-CÉZERAC, n° 53 = PERBOSC, C. Gasc., 53-57, n° 7. La fève qui montait jusqu'au ciel. (source)
I : A, A3, C1 (en allant à l'aumône), C3, C5, D, D6, D8, D12, D1, D17, D18, D19.
II : A, A1, A3, B1, B2, B3.

Développer les éléments du conte
27 - FAGOT, Almanach de Languedoc et Gascogne, 1941, 42 sq. Le pauvre Homme.
I : A, C2, C3, C5, obtient : pelletée de sous, puis sac de centimes, puis sac de louis d'or.
II : Il importune N. S. qui le met à la porte, B2.

Développer les éléments du conte
28 - LAMBERT, C. Languedoc, 104-107, n° 19 = Rev L. Rom , XXXII (1888), 35-39. Lou Maset. Le Petit Mas. (source)
I : A, A2, C8. C10, C11, D1, D4, D11, D12, D13.
II : A (palais), B2, B3.

Développer les éléments du conte
29 - MOULIS, C. Forêt, 38-40. La fève de St Pierre = Ms MOULIS, Ariège, n° 21 (Contam. par T. 563).
I : A, A1, B, C, C5, C1, C3, C5, D, D5, D3, quand il redescend, son fils lui apprend que leur âne crotte de l'or, D4, D9, D12, D1, il va demander des miroirs pour s'y mirer.
II : St Pierre se doute que la femme est devenue orgueilleuse, A4, A5, B2, B3 (et enfants).

Développer les éléments du conte
30 - VERDAGUER, Rondalles, 88-sq. L'anguila parladora. (L'anguille qui parle). Var.
I : A, A2, C8 (lui promet qu'il pêchera beaucoup de poisson), C11.
II : Mais à la 3e fois, sa femme ayant beaucoup insisté, il garde le poisson qui lui prédit qu'il ne prendra plus de poisson et qu'il trouvera sa femme morte en rentrant.

Développer les éléments du conte
31 - Ms JOISTEN, Champsaur, n° 43. La petite fille trop ambitieuse.
I : A5, C (fée, sa marraine), D, D9, D4.
II : A, A1, la fée la rend « pauvre comme le Bon Dieu ».

Développer les éléments du conte
32 - POURRAT, Trésor des c., XIII, 35-40. Le conte du pois chiche. (source)
I : A, B, C2, C3, C4, D, D15 (jardin), D1, D4, D12, D13.
II : A (I-D19), B5.

Développer les éléments du conte
1001 - --- a) Ms Mus. NAT. Ottawa.
- Con. M. Barbeau, n° 134. A moi, mon bel éturgeon. Québec, 1918.
- A35 (691). Le conte du bûcheron. Québec, 1960. A ratt. au
T. 555 ?

Développer les éléments du conte
1002 - --- b) Ms ARCH. F.L. Québec. - 5 vers.


Développer les éléments du conte
2000 - Commentaires

Ce conte, essentiellement européen, se rencontre aussi çà et là dans les autres continents, particulièrement en Amérique latine et en Indoné¬sie (1)• Margarete Rommel, qui lui a consacré une monographie (2), esti¬me que le berceau du thème pourrait avoir été la Flandre. On aura inté¬rêt ainsi à se reporter à M. de Meyer, Vlaamsche Sprookjesthema's (3) qui examine précisément les versions flamandes « à la lumière des cou¬rants culturels romans et germaniques ».

Si le thème est nettement caractérisé par la progression croissante des désirs que coupe brutalement la rechute finale, il n'en connaît pas moins des affabulations très diverses. Les versions françaises où, à côté d'une forme prédominante bien de chez nous, subsistent aussi, dans des versions périphériques, des formes caractéristiques d'autres régions euro¬péennes, nous permettent de faire le tour de toutes ces variations.

Dans la tradition orale française, c'est la « Bohnenrankenfassung » - terme emprunté à l'ouvrage de M. Rommel -, soit la forme de la tige de fève (notre motif I : C3) qui prédomine avec 13 vers. sur 32 (vers. 2, 3, 12, 13 ?, 16 ?, 19, 20, 21, 23, 26, 27, 29, 32) et c'est ainsi à Dieu ou à son « portier » que le héros présente ses requêtes. Cette forme se prolonge en Italie (4). Il peut aussi, tout bonnement, rencontrer le per-tonnage sacré sur terre même (vers. 8, 10, 11, 14 ? ; cf. aussi vers. 3 et motif I : C7 in vers. 9 ; fée comme personnage surnaturel in vers. 22 et 25).

La « Fischfassung », c'est-à-dire la forme au poisson, populaire essentiellement dans les pays germaniques, est représentée en France par des versions plutôt périphériques (motif I : C8 in vers. 1, 17, 18, 24, 28, 30). L'animal merveilleux qui secourt d'abord, pour châtier finalement, peut ètre aussi une souris (vers. 4) ou un oiseau (vers. 6 et 7) ; ce dernier se retrouve dans des vers, d'Europe orientale.

Les motifs de l'étrange demeure au début du conte, des noms par-ticuliers du mari et de sa femme, de la formulette servant à appeler l'être secourable - si caractérisés dans la version de Grimm, comme dans nom¬bre de versions germaniques et plus particulièrement flamandes - n'exis¬tent que de façon sporadique dans les versions françaises. Cf. vers. 7 (étrange demeure et nom de l'héroïne), vers. 4 et 29 (formulette).

La rechute finale presque toujours occasionnée par un désir exorbi-tant, voire sacrilège (motif II, A à A3) peut l'être aussi par un manque de charité (motif II : A4 in vers. 17, 18, 21, 22, 29).

Dans tout un groupe de vers. (10 vers.) qui va du Morvan au Poi¬tou et au nord de la Guyenne, le couple est changé en oiseaux de nuit, le conte prenant même une tournure étiologique que marque le titre dt versions nivernaises A à D et de la version bretonne 13 (cf. motif II : 13; in vers. 8 à 11, 13, 19, 20, 24, 25, 32 ; les versions 13 et 32 sont cie, versions littérarisées). En Europe orientale c'est la métamorphose en ours que l'on semble rencontrer de préférence.
Bien joli est aussi le motif de la puissance accordée jusqu'à la chute des feuilles de houx (motif II : B in vers. 5 et 8).

A noter que le héros peut être le bonhomme Misère (motif I : A3 in vers. 3, 12, 26), protagoniste surtout du T. 330 (5).

On trouve déjà le conte en germe dans un récit du Pantchatantra indien (6). La progression croissante des désirs jusqu'à leur outrance finale qui est le caractère distinctif du conte traditionnel ne s'y rencontre toutefois pas encore. Dans le récit indien, l'être 0ecourable est un esprit résidant dans un arbre ; or ce trait non seulement se retrouve dans des versions modernes d'Erope orientale, mais existe aussi dans la plus vieille version du thème que nous connaissions, version qui est de France. C'est le conte Du vilain qui devint riche et puis povre, appelé aussi conte de Merlin-Merlot, mis en vers par un poète anonyme au XIIIe siècle (7). Paul Delarue se proposait, dans une de ses éditions annotées de contes, de résumer ce vieux récit en insistant sur l'évolution dans l'attitude du vilain en face de son bienfaiteur ; après avoir appelé celui-ci d'abord Messire Merlin, puis sire Merlin, c'est à Merlin tout court qu'il vient demander, en le priant de se hâter, de l'aider à marier sa fille au fils du prévôt, et c'est à Merlot finalement qu'il vient annoncer que cela le dé¬range de venir le prier, et qu'il se passera désormais de son aide. En punition d'une telle arrogance, le paysan retombe à sa pauvreté initiale.

Paul Delarue se proposait également d'ajouter aux versions connues d'Extrême-Orient une bien jolie variante du Japon (8), qui n'aurait pas encore été signalée comme telle, d'autant que l'attitude du héros n'y est pas sans rappeler celle du vilain qui devint riche et puis povre. Ici c'est au petit génie bienfaiteur que lui a remis l'Esprit du fleuve que le héros, comblé de biens mais agacé par son obligation envers le petit être, dit finalement : « Maintenant, je possède tout ce que je pouvais désirer. Je n'ai plus besoin de toi. Retourne au palais de ton père ». Paroles suivies elles aussi d'un retour à la pauvreté initiale.

Dans les deux derniers récits — lointains dans le temps ou dans l'espace —, auxquels il vient d'être fait allusion, le « rôle stimulant » de la femme n'existe pas alors que presque toutes nos versions orales or contre le soulignent. On sait que nous le retrouverons aussi dans le 750 A, c'est-à-dire dans le thème des Trois Souhaits mis en vers par perrault. Le rôle moteur de la femme, ainsi que le retour à la situation priitive après la satisfaction des souhaits caractérisent ainsi pareille- menmt le T. 555 et le T. 750 A. Paul Delarue, était d'avis que la possibilité d'une origine commune n'était pas absolument à exclure.


(1) Stith THOMPSON, The folktale, p. 134.

(2) MARGARETE ROMMEL, Von dem Fischer un syner Fru. Eine vergleichende Miirchenuntersuchung. Inaugural-Dissertation. Karlsruhe, 1935.

(3) Louvain, 1942, 103-111.

(4) BOLTE-POLIVKA, I, 145.

(5) Cf. P. DELARUE, Catal t. I, p. 346 ss., particulièrement p. 364.

(6) Le Pantchatantra ou les Cinq Livres, trad. Edouard Lancereau, Paris, 1871, p. 333.

(7) LEGRAND D'AUSSY, Fabliaux ou contes, Fables et romans du XIIe et du XIIIe siècle, 3° éd., 1829, t. V, adaptation en français moderne, p. 138-143, texte intégral du poème octosyllabique dans le Complément à la fin du volume, p. 7-13.

(8) Fritz RUMPF, Japanische Volksmärchen, Iena, 1938, n° 82, 225 sq.

Développer les éléments du conte
2001 - Stith THOMPSON, The folktale, p. 134. (source)

Développer les éléments du conte
2004 - Bolte-Polivka - De Fischer un sine Fru (source)
Développer les éléments du conte
20041 - Bolte-Polivka - De Fischer un sine Fru - texte allemand Océrisé sans correction (source)
Développer les éléments du conte
20042 - Bolte-Polivka - De Fischer un sine Fru - traduction automatique (Google Traduction) du texte allemand Océrisé (source)

Développer les éléments du conte
20071 - LEGRAND D'AUSSY, Fabliaux ou contes, Fables et romans du XIIe et du XIIIe siècle, 3° éd., 1829, t. V, adaptation en français moderne, p. 138-143 (source)
Développer les éléments du conte
20072 - LEGRAND D'AUSSY, Fabliaux ou contes, Fables et romans du XIIe et du XIIIe siècle, 3° éd., 1829, t. V, texte intégral du poème octosyllabique dans le Complément à la fin du volume, p. 7-13. (source)
Développer les éléments du conte